Ressources

Bibliothèque

Retrouvez dans cette bibliothèque numérique la liste des documents publiés par la FEDELIMA classés par ordre chronologique, type et thématique.

127 documents


Par date   |   Par titre

PDF - 826.4 ko (PDF - 826.4 ko)

Mémoire soutenu en novembre 2004 par Séverine LUC pour le DESS " Direction d’Equipements et de Projets dans le secteur des Musiques Actuelles et Amplifiées » de l’université d’Angers. Résumé : Les musiciens amateurs ont besoin d’équipements pour se produire devant un public. Car la pratique est l’unique moyen pour construire, élaborer un projet et être artistiquement reconnu. La question de la diffusion est donc primordiale pour les groupes amateurs. Or, l’absence de statut juridique des musiciens ne facilite pas leur intégration dans les équipements culturels. L’enjeu est aujourd’hui de définir un véritable statut du musicien amateur, et ceci particulièrement dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées. Nous verrons quel est le droit de cité des musiciens amateurs dans les équipements voués aux musiques actuelles à Nantes et quelles alternatives aux modèles établis par les institutions doivent être développées, afin de nourrir le vivier de la création artistique amateur


PDF - 481.8 ko (PDF - 481.8 ko)

Mémoire de DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées" de l’Université d’Angers, septembre 2004. "La question qui de ce fait nous intéresse est de comprendre la place que peut prendre la culture depuis ces nouvelles étapes de la politique d’aménagement du territoire et la valeur ajoutée que ces nouveaux territoires apporte aux politiques culturelles. Pour la rédaction de ce mémoire, j’ai choisi de m’intéresser à la communauté d’agglomération du pays de Lorient. Pour des raisons de disponibilités et de temps, il m’a été impossible de m’entretenir avec tous les acteurs locaux. Il en ressort une vision plus politique que sociologique.


PDF - 563.2 ko (PDF - 563.2 ko)

Mémoire de DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées, Université d’Angers" soutenu en 2004. Privilégiant l’excellence et la virtuosité instrumentale, les écoles de musique ont trop longtemps évolué dans un milieu clos, repliées sur elles-mêmes, entretenant ainsi un décalage entre l’enseignement et les attentes d’un public, au point de paraître aujourd’hui complètement inadaptées à la société moderne. Volontaires pour certaines, contraintes pour d’autres, elles tendent cependant à s’ouvrir à de nouvelles esthétiques musicales et à de nouveaux publics. Mais cette première avancée en faveur des Musiques actuelles ne se fait pas sans difficultés car celles-ci, beaucoup plus spontanées, imposent de nouvelles approches et conceptions pédagogiques qui inévitablement vont impliquer une réflexion profonde sur l’enseignement de la musique en générale. Cette intégration est sans conteste l’un des grands enjeux des prochaines années. La prise de conscience semble telle désormais que l’opportunité de remettre en cause les grands principes sur lesquels les écoles de musiques se sont construites, est tout à fait réelle. L’école de demain n’aura pas d’autre alternative que de s’ouvrir à toutes les musiques, à la diversité des publics et d’un monde occidental toujours plus cosmopolite.


PDF - 421.3 ko (PDF - 421.3 ko)

Mémoire de DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées, Université d’Angers" soutenu en 2004. Résumé : On parle aujourd’hui fréquemment de multimédia, de fracture numérique, d’accès internet, de numérisation, etc. Cette nébuleuse explosion suscite nombre de questionnements, de remises en cause, et d’intérêts économiques. Comme dans tous les domaines, ces nouvelles technologies ont envahi le monde de l’art et de la culture. L’idée principale de ce mémoire est de comprendre l’impact des nouvelles technologies sur les musiques actuelles et d’en mesurer les enjeux pour l’avenir de ce secteur. Il s’agit tout d’abord de faire un état des lieux des différentes activités liées au multimédia dans les structures musiques actuelles, de comprendre les raisons qui ont poussé les acteurs culturels vers ces nouvelles technologies et enfin de savoir comment est géré ce développement, ce que cela implique aujourd’hui et surtout demain.


PDF - 483.6 ko (PDF - 483.6 ko)

Mémoire de DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées, Université d’Angers" soutenu en 2004. Se faire plaisir, confronter leur production à un public, satisfaire un besoin d’expression, s’aguerrir techniquement, développer un projet artistique original et de qualité, autant de motifs pour qu’un groupe amateur de musique amplifiée souhaite monter sur scène. Des motifs qui peuvent évidemment être différents d’un individu à l’autre au sein du même groupe ; et même évoluer pour chaque individu au fil de sa pratique... Dans tous ces domaines d’intervention en direction des pratiques amateurs des progrès restent sans doute à faire. Tant en terme de pérennisation et de développement de l’existant qu’en terme de maillage territorial de l’offre. Mais tous les avis semblent converger vers l’idée que c’est le domaine de la diffusion des spectacles amateurs qui semble le plus défaillant. Entre demande constante, voire accrue, des groupes amateurs, cadre juridique débattu, schémas pédagogiques questionnés, enjeux professionnels, questions de lieux et de territoires, regards artistiques et évolution des politiques culturelles, il semble bien que la question de la diffusion des groupes amateurs soit une sorte de boîte de Pandore dont l’ouverture fait surgir une grande partie des problématiques d’un secteur encore en mutation.


PDF - 409.6 ko (PDF - 409.6 ko)

Mémoire de DESS "Direction de Projets Culturels, Option Métiers de la Culture" de l’Université Pierre Mendes France, Institut d’Etudes politiques de Grenoble, septembre 2003. La programmation de musiques actuelles/amplifiées s’avère être aujourd’hui un exercice particulièrement difficile. En effet, au-delà des paramètres et des contraintes habituelles de programmation (jauge, budget artistique, équipement, subjectivité inévitable du programmateur, etc.), d’autres contraintes liées directement au champ de ces musiques viennent s’ajouter. Ce secteur doit répondre à l’heure actuelle à des exigences de l’industrie musicale. Face à un public fortement dépendant de la médiatisation et de l’industrie musicale, la programmation semble être un compromis constant entre la notion de rentabilité et celle de prise de risque artistique. Malgré ces logiques, n’y a-t-il pas d’autres alternatives ?


PDF - 461.7 ko (PDF - 461.7 ko)

Mémoire de DESS " Direction d’équipements et de projets musiques amplifiées et actuelles » de l’Université d’Angers réalisé par Fred Jumel et soutenu en septembre 2003. En s’institutionnalisant, les scènes de musiques amplifiées sont elles destinées à perdre leur âme ?


PDF - 524.2 ko (PDF - 524.2 ko)

Mémoire de Dess " Direction d’équipements et de projets musiques amplifiées et actuelles » de l’Université d’Angers réalisé par Damien Debard et soutenu en septembre 2003.


PDF - 541.1 ko (PDF - 541.1 ko)

Mémoire du DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées" de l’Université d’Angers, 2003. L’étude est orientée sur la manière dont Tissé Métisse, lieu "nomade" de diffusion et de reconnaissance des pratiques artistiques des quartiers, peut intégrer une résidence d’artistes de musiques actuelles dans ses projets d’action culturelle. Le mémoire analyse le sens et les enjeux que peut provoquer une action culturelle telle la résidence d’artistes dans le contexte des quartiers en difficultés. Il souligne des éléments analytiques et méthodologiques utiles à l’ensemble des acteurs culturels.


PDF - 479.3 ko (PDF - 479.3 ko)

Mémoire de DESS "Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées" de l’Université d’Angers, 2003. Quelle est l’influence de la mondialisation de la culture sur les musiques du monde ? Comment leur éviter d’en subir des conséquences négatives ? Comment parvenir à concilier en même temps leur authenticité et leur diffusion auprès d’un public de plus en plus vaste ? Comment préserver ce patrimoine culturel immatériel de l’humanité, alors que la mondialisation de la culture s’intensifie de plus en plus ? Quelles sont les alternatives qu’il est possible de développer ? Le métissage entre des musiques issues de cultures différentes risque-t-il de causer la disparition des cultures traditionnelles ?